VENEZ VISITER LE SITE DYLAN ROCHER

 

 

    LE SPORTIF  LE CALENDRIER  LES PARTENAIRES  MA LIGNE DE VETEMENTS

 

PAIEMENT SECURISE

CB, PAYPAL, VIREMENT

 

PAIEMENT EN 3X

SANS FRAIS PAR CHEQUE

CARTE BANCAIRE

 

LIVRAISON Rapide selon les produits

Dès 4,90 € (en fonction du poids)

UNE QUESTION

0650509707

 

 

 

 

 

Europétanque à Nice: la mécanique des sens

 

Publié le dimanche 21 juillet 2013 à 07h04
 

La mécanique des sens - 21946493.jpg

 

Philippe Suchaud, Dylan Rocher, Claudy Weibel et Christian Sévilla n'ont pas tremblé samedi soir. Ils s'affronteront ce dimanche en demi-finales du concours de tirs de précision.

Les jambes coupées par les heures à arpenter bitume et graviers dans le cagnard du concours complet. La vue troublée par la nuit tombante. Les mains endolories par le frottis incessant du métal. Les huit snipers en lice pour le concours de tirs de précision Marc et Pierre Stellardo ont souffert, hier soir. Au final, exit Philippe Quintais - et ses 4 titres mondiaux -, Henry Lacroix, Bruno Le Boursicaud et François N'Diaye.

En temps normal, pourtant, ces gars-là pourraient vous décapsuler la bière de l'amitié à 10 mètres sans un bris de verre. Question de flair sûrement, de mécanique aussi.

Mais voilà, hier sur les coups de 22 heures, force est de constater que la gestuelle s'est enrayée au moment d'enquiller cinq ateliers (boule simple, but en défense, entre-deux, à la sautée, tir au but) sur 4 distances (6,7,8 et 9 mètres).

« J'adore ça les duels à haut niveau ! Il ne faut surtout pas être tendu à cet exercice, ne pas trop penser », répétait un Claudy Weibel soulagé de rejoindre le carré final avec un « petit » score de 41. « Il faut une grosse concentration et une part de réussite, un recul du bouchon ou une boule frôlée et c'est 1 point de perdu. Tu peux faire un super tir une heure avant et tout rater au concours », ajoutait le Belge champion d'Europe 2009. Maîtriser ses nerfs, certes, mais sans rien sous la semelle difficile.

« La difficulté c'est qu'on arrive tous sur les rotules en fin de journée », prévenait Quintais avant la bataille. « Les demi-finales seront plus intéressantes car le face-à-face, ça t'oblige à rendre les coups. Là, on passe chacun notre tour et on ne peut pas se calquer sur celui d'en face, sachant en plus que des gars comme Dylan (Rocher) et Suchaud vont faire des scores ». Et augmenter la pression.

Têtes froides et gestes précis, Suchaud (1er, 53 points) et Rocher (2e, 49 pts), tous deux passés dans les quatre premiers, n'ont pas fait mentir le « roi Quintais », dont l'élimination pourrait être un mal pour un bien après une première journée harassante.

Idées claires et main froide

Pour les autres, l'attente aura ajouté à la fatigue, seul Christian Sévilla arrachant le dernier ticket avec un score de 33 points à des années lumières de son record mondial (67).

Aujourd'hui (17 h 30), il sera donc l'outsider face à Philippe Suchaud, de même que Claudy Weibel face à Dylan Rocher. Quant à la finale (après les quarts du concours complet débutant à 19 heures), elle ne dérogera pas à la règle. Le vainqueur devra avoir les idées claires et la main froide.