VENEZ VISITER LE SITE DYLAN ROCHER

 

 

    LE SPORTIF  LE CALENDRIER  LES PARTENAIRES  MA LIGNE DE VETEMENTS

 

OFFRE BIENVENUE
10% de remise sur tout le site. 
Une fois sur votre panier, entrer le code : FLYER STAND
Offre valable 1 fois par compte

Tous les produits du site ne sont concernés

 

Rocher Michel grand père paternel

Rocher Michel grand père paternel
 
 
 

LA FAMILLE ROCHER
Revue par Mendy son petit fils.

Mon grand père, Michel ROCHER

Papy aujourd’hui, tu as 77 ans et tu vis à côté de la Ferté Bernard en Sarthe.
Comment es-tu venu à jouer à la pétanque et à quel âge?
- J’ai découvert la pétanque à l’armée à Madagascar en Afrique de l’Est à l’âge de 23 ans.
- J’étais aussi à deux doigts de passer professionnel en cyclisme mais malheureusement je suis tombé malade et j’ai dû arrêter.

Quand as-tu pris ta première licence?
- J’ai commencé à faire de petites rencontres amicales avec mes collègues d’usine et d’un commun accord on a décidé de prendre notre première licence à la Ferté-Bernard.

Quels ont été tes meilleurs résultats ?
- J’ai gagné de nombreux concours départementaux et Grands prix j’ai été plusieurs fois au France FSGT et j’ai été au championnat de France corpo.

Quels ont été tes meilleurs souvenirs ?
- Le premier concours que j’ai gagné alors que cela faisait trois ans que je jouais et que je n’avais encore jamais rien gagné. J’ai battu la « grosse » équipe de l’époque: CARRERA-LEPRINCE-GOBI en finale. Et puis émotionnellement,ton père Bruno quand il a été champion du monde ainsi que les titres de champions de France de mes petits-enfants.

Peux-tu nous raconter une anecdote ?
- au Grand prix du Mans après avoir bien mangé alors que l’on était qualifié pour les parties de l’après-midi, on a fait une sieste tous les 3 et on s’est endormi. On est arrivé sur le terrain avec du retard dans l’obligation de rendre 7 points. Finalement on a quand même gagné ce concours.

Avais-tu d’autres loisirs que la pétanque?
- oui, la pêche et le cyclisme.

Tu m’as dit lors de la première question que tu étais à deux doigts de passer professionnel, quels ont été tes résultats en cyclisme ?
- J’ai fait cinquième au « Maillot des as », j’étais classé en première catégorie, meilleur Sarthois en 1962. Les courses gagnées: Nogent le Bernard, Dollon, Saint Michel de Chavaigne, Saint-Maixent, Batignolles, Ecommoy et j’en passe.

Que penses-tu de la pétanque d’hier et d’aujourd’hui ?
- la pétanque d’hier était convivial. On était sûr de passer un bon moment. Les joueurs de ton club restaient jusqu’à la fin pour te regarder. Les terrains étaient rarement tracés et les parties se finissaient aux phares des voitures. On ne faisait pas beaucoup de route, on jouait dans notre département ou à proximité.
- Quand je regarde la pétanque aujourd’hui, il n’y a plus cette ambiance, que j’ai connu, les terrains ont changé. La plupart du temps ce sont des terrains de sablette . Nous à notre époque on jouait sur des terrains compliqués où il fallait trouver « sa donne ».

Papy, tu es le patriarche, cela te fait quoi d’être à la tête d’une famille de champion?
- Je suis fier que ma passion est perdurée depuis maintenant trois générations. Je suis 1 fois arrière grand-père d’une petite fille et bientôt ton petit garçon qui agrandira la famille, peut-être que un des deux ou les deux joueront à la pétanque. J’ai partagé avec mes enfants et petits enfants la pêche et le vélo. J’ai joué à la pétanque avec Bruno et Thierry mes 2 fils. J’ai joué avec mes petits-enfants Dylan, Gueven et toi, mais mon plus grand rêve aurait été de jouer avec mon fils Bruno et mon petit-fils Dylan trois génération en même temps.

Peut-être que cela arrivera un jour