VENEZ VISITER LE SITE DYLAN ROCHER

 

 

    LE SPORTIF  LE CALENDRIER  LES PARTENAIRES  MA LIGNE DE VETEMENTS

 

PAIEMENT SECURISE

CB, PAYPAL, VIREMENT

 

PAIEMENT EN 3X

SANS FRAIS PAR CHEQUE

CARTE BANCAIRE

 

LIVRAISON Rapide selon les produits

Dès 4,90 € (en fonction du poids)

UNE QUESTION

0650509707

 

 

 

 

 

Stéphane Robineau, cap au Sud

Stéphane Robineau, cap au Sud

 
 

Après une grande saison 2013, Stéphane Robineau vient de rejoindre Dylan Rocher dans le Var. Le quadruple vainqueur du Mondial la Marseillaise s'est confié, après un début d'année plutôt réussi, à boulistenaute.com. Entretien avec un champion qui est devenu sans faire de bruit, au fil d'un début de carrière constellé de grandes victoires, un des joueurs majeurs de la dernière décennie.

 

Tu as rejoint cette année l'ABC Draguignan, et la saison commence bien puisqu’après tes deux premières sorties, tu es déjà qualifié pour le championnat de France en doublettes et pour le championnat de ligue en triplettes. Tu es content d'être ici?

Très très content. Je suis venu dans le Var d'abord pour des raisons professionnelles, mais le club est formidable, le travail qu'il effectue est super, et j'ai le plaisir d'avoir rejoint Dylan. Après, j'ai toujours une pensée pour le club de Firminy, j'ai laissé tous mes amis là-haut et une équipe avec laquelle j'étais qualifié pour le France, mais le travail passe d'abord.

Sur le début de saison, le fait d'être qualifié en doublettes avec Dylan est une grosse satisfaction : on n'a pas pu remettre notre titre en jeu en 2012, c'est bien d'aller au France ensemble cette année. Et puis maintenant, je vis dans le Var, c'est une nouvelle vie qui commence : je pense que Dylan va m'aider à m'intégrer à cette région, tout comme les dirigeants de l'ABCD qui s'occupent bien de moi. Pour le moment tout est positif.

 

Tu joues depuis longtemps avec la famille Rocher, puisqu'on se souvient que tu avais rejoint le Mans il y déjà pas mal d'années. Quel regard portes-tu sur Dylan, et sur son évolution ?

Je pense que j'ai un regard différent de celui qu'ont d'autres partenaires qu'il a pu avoir. Dylan, c'est Dylan, c'est mon petit frère : ça m'aide à jouer avec lui, c'est une force que peut-être n'ont pas certains joueurs. Après, Dylan, c'est le meilleur tireur au monde. Il a beaucoup appris avec son père, ça lui a forgé un caractère, il a une capacité au tir impressionnante. Au début, lorsque je jouais avec lui, j'oubliais le jeu, je le regardais tirer, j'en oubliais presque de jouer mes boules. C'est un joueur exceptionnel, un tireur pur comme on n'en a pas vu depuis des décennies, mais c'est surtout un être humain formidable, très fair-play, très gentil, très respectueux. Voilà, c'est mon partenaire, mais c'est avant tout un ami.