VENEZ VISITER LE SITE DYLAN ROCHER

 

 

    LE SPORTIF  LE CALENDRIER  LES PARTENAIRES  MA LIGNE DE VETEMENTS

 

PAIEMENT SECURISE

CB, PAYPAL, VIREMENT

 

PAIEMENT EN 3X

SANS FRAIS PAR CHEQUE

CARTE BANCAIRE

 

LIVRAISON Rapide selon les produits

Dès 4,90 € (en fonction du poids)

UNE QUESTION

0650509707

 

 

 

 

 

Marion Bartoli se met à la pétanque à New York

 

Marion Bartoli se met à la pétanque à New York


Astrid Ribois-Verlinde

MarionBartoliBryantPark


MarionBartoliBryantPark

 

SUR LE MÊME SUJET DYLAN ROCHER


Le “Tiger Woods de la pétanque” revient à New York
A l’ombre des platanes de Bryant Park, un champion peut en cacher une autre… Venus pour Dylan Rocher, “le Tiger Woods de la pétanque” ce vendredi, les spectateurs ont eu la surprise de rencontrer la toute jeune retraitée Marion Bartoli.


La gagnante du dernier tournoi de Wimbledon a fait le voyage à New York pour commenter les matchs de l’US Open pour Eurosport. « C’est la première fois de ma vie que je joue aux boules, confie-t-elle.
Sûre de prendre sa retraite, avant d’émettre des doutes ce week-end sur un possible retour, elle a indiqué travailler sur plusieurs projets comme celui de commentatrice pour l’US Open et plus tard pour Roland Garros. « Je veux aussi travailler avec des sponsors pour développer le tennis en France mais aussi me lancer dans des projets d’art et de mode », affirme-t-elle. Un programme bien chargé pour la championne qui donne son pronostic pour l’US Open : « Chez les filles : Serena Williams. Mais c’est plus compliqué chez les hommes ».
 


Dylan Rocher


Après une démonstration à laquelle la championne a participé, le vrai héros du jour est entré en scène. Objectif: battre son record de boules tirées, avec 100 boules sur 100. A 23 ans, le champion du monde de pétanque détient depuis l’an dernier le record, avec 99 boules tirées sur 100. Mais par la faute d’une boule ratée lors du premier round, le record n’a cette fois pas été battu. « Je suis très content mais c’est dommage de ne pas avoir réussi à 100% », admet-il. La faute à une boule ratée lors du premier round. « C’est dommage, je serai obligé de revenir l’année prochaine », ajoute-t-il sur le ton de la plaisanterie.


Revenir oui, mais pas pour jouer en club. Même s’il dit apprécier de jouer au milieu des gratte-ciel, il n’envisage pas encore de prendre une carte dans l’un des clubs de pétanque new yorkais. « Il n’y a pas assez de concours aux Etats-Unis et c’est un sport qui n’est pas assez pris en considération, explique Dylan Rocher. La pétanque devrait être plus médiatisée, comme la compétition de ce week-end par exemple. Les Américains devraient découvrir ce sport. Pourtant à Bryant Park, les terrains sont souvent pris, les gens aiment la pétanque mais ils n’osent peut-être pas prendre une licence ».


Crédit photo : Astrid Ribois-Verlinde