VENEZ VISITER LE SITE DYLAN ROCHER

 

 

    LE SPORTIF  LE CALENDRIER  LES PARTENAIRES  MA LIGNE DE VETEMENTS

 

PAIEMENT SECURISE

CB, PAYPAL, VIREMENT

 

PAIEMENT EN 3X

SANS FRAIS PAR CHEQUE

CARTE BANCAIRE

 

LIVRAISON Rapide selon les produits

Dès 4,90 € (en fonction du poids)

UNE QUESTION

0650509707

 

 

 

 

 

International de pétanque "ESAPLION" : Dylan Rocher, encore lui !

International de pétanque : Dylan Rocher, encore lui !

 

 

Le 11 août à 11h26 par Mathieu Roualdès | Mis à jour le 11 août

 

Espalion réussit à Dylan Rocher ! Après le titre en championnat de France doublette mixte en 2012, le « surdoué » de la discipline s’est, hier, imposé à l’International avec Robineau et Fournié.
Espalion réussit à Dylan Rocher ! Après le titre en championnat de France doublette mixte en 2012, le « surdoué » de la discipline s’est, hier, imposé à l’International avec Robineau et Fournié. (Jean-Louis Bories / Centre Presse Aveyron)

Espalion a plus que jamais mérité son surnom de « petit Millau ». Au fil des ans, les organisateurs de l’International ont repoussé les limites. Pour devenir aujourd’hui un des plus grands, plus beaux et plus relevés concours de l’été.

Des grands noms qui se cassent les dents


Si plusieurs noms bien connus dans le milieu se sont rapidement cassé les dents, les «cracks» étaient bel et bien présents au final. Les Foyot, Feltain, Rocher, Robineau, Le Dantec, Malbec, Gasparini et consorts étaient tous là en quarts de finale aux côtés de trois formations malgaches. De quoi prouver encore un peu plus que la pétanque est le sport roi dans la république de l’océan Indien. Mais celle-ci n’a placé aucun représentant en finale...Il n’y avait qu’à se promener dans les allées, dimanche encore, pour s’apercevoir de la dimension de l’épreuve. Même les spectateurs sont, année après année, de plus en plus nombreux pour suivre les parties des champions. Des champions, oui, car le concours phare des trois jours, le triplette, a une nouvelle fois prouvé le niveau de cet International.

Non, c’est la jeunesse surdouée de la discipline qui a eu le dernier mot avec une rencontre entre Rocher-Robineau-Fournié et Gasparini-Da Cunha-Laurent. La première s’est imposée sur le score de 13 à 8.