VENEZ VISITER LE SITE DYLAN ROCHER

 

 

    LE SPORTIF  LE CALENDRIER  LES PARTENAIRES  MA LIGNE DE VETEMENTS

 

PAIEMENT SECURISE

CB, PAYPAL, VIREMENT

 

PAIEMENT EN 3X

SANS FRAIS PAR CHEQUE

CARTE BANCAIRE

 

LIVRAISON Rapide selon les produits

Dès 4,90 € (en fonction du poids)

UNE QUESTION

0650509707

 

 

 

 

 

Sandrine Rocher

Sandrine Rocher

 

 

LA FAMILLE ROCHER
Revue par Mendy (son fils)

Maman, tu as 50 ans et tu vis à LA GUIERCHE dans la Sarthe.

Quand et comment as-tu commencé à jouer ?
- J’ai commencé en suivant ton grand-père Jean Pierre sur les terrains de pétanque vers l’âge de 10 ans.

Quels sont tes meilleurs résultats ?
- Mon premier titre a été Championne de Ligue tête-à-tête féminin, j’étais junior.
- Avec ma grande collègue Maryline DUREUIL, nous avons été plusieurs fois Championnes de Sarthe et de Ligue tête-à-tête, doublette, triplette, mixte mais à l’époque seul le doublette comptait pour le Championnat de France. Le mixte est arrivé après.
- J’ai fais plus de 15 Championnats de France.
- Vainqueur de plusieurs Nationaux: CHOLET - CAEN - SALBRIS-MANCIOUX - SAINTE - ALENCON - SABLÉ, 3 fois les 24 heures pétanque du Mans, etc... .

A quel poste tu jouais ?
- Tireuse.

Quels sont tes meilleurs souvenirs ?
- J’en ai beaucoup avec ma joueuse Maryline DUREUIL. On a passé d’excellents moments pendant des années.
- Mon mixte, gagné aux Arcs en tirant devant Henri LACROIX.
- Quand j’ai gagné à MANCIOUX avec la Championne du Monde espagnol.
- Ainsi que tous les mixtes faits dans le Sud avec Bruno ton père et Gérard CALSA.

As-tu quelques anecdotes à raconter ?
- Au Grand prix de Mainvilliers avec Philippe QUINTAIS et Jacques THIBAULT, nous sommes tombés sur un joueur qui nous a fait un cinéma pas possible, il courait, embrassait ses boules et s’allongeait au milieu du terrain. On était agacé et on en pouvait plus tellement c’était injouable d’autant plus que ton père Bruno, ton oncle Thierry et Hervé CONCEDIEU se tordaient de rire au bout de notre terrain.
- Au national à COMBRIT, j’arrive avec ton père Bruno et vous trois Dylan, Gueven et toi, j’avais décidé de ne pas jouer pour aller à la mer. Gerard THOREL devait jouer avec Patrick HERVO dit Patou Champion de France doublette en titre et Bruno LE BOURSICAUD sauf que Gérard THOREL apprend le décès de son frère et ne peut plus venir. « Patou » Patrick HERVO me dit le vendredi soir à 21h, Sandrine tu vas jouer demain avec moi et Bruno LE BOURSICAUD . Je ne voulais pas mais « Patou » contre ma volonté va à la table de marque changer le nom et m’oblige à jouer. J’arrive le lendemain, je fais la rencontre pour la première fois de Bruno LE BOURSICAUD. Quand je l’ai vu tirer, c’était incroyable et en plus associé à « Patou » Patrick HERVO, ils étaient impressionnant. C’est de ce jour là que les deux Bruno (Bruno le BOURSICAUD et ton père Bruno) se sont rapprochés pour s’associer afin de faire les championnats et ils sont devenus Champion de France.
- La troisième anecdote, c’est quand Dylan a voulu à tout prix faire le championnat mixte avec moi alors que j’avais tourné la page en tant que joueuse. Il nous a inscrit en cachette et il m’a mis les pieds au mur en me disant « Si tu ne fais pas le Championnat avec moi, je vais être suspendu pendant un an donc tu n’as pas le choix ». De ce faite j’ai joué et on a gagné le championnat mixte.

As-tu une autre passion ou un autre loisir ?
- La lecture.

Avec quels grands joueurs as-tu eu l’occasion de jouer ?
- Bruno ton père, mes trois fils Dylan- Gueven et toi Mendy, Philippe QUINTAIS, Henri LACROIX, Bruno LE BOURSICAUD, Patrick HERVO, Louis ESCANDE, Pascal LAUROT dit « Valéry », Gérard CALSa, Jaques THIBAULT.

À quel moment as tu décidé de t’arrêter de jouer ?
- Lorsque j’ai commencé à faire des poussées
- de polyarthrite et mon travail ne me permettait plus de jouer chaque week-end.
- Je pense aussi , que tu t’es mise dans l’ombre pour nous et que tu as donné beaucoup de ta personne pour que papa, mes frères et moi jouons dans les meilleurs conditions. Tu as toujours pensé à ta famille au lieu de penser à toi. Maman tu es le pilier de notre famille.

Que penses-tu de la pétanque d’hier et d’aujourd’hui ?
- j’ai eu la chance de voir jouer beaucoup de grands joueurs. ARCOLAD Ange dit « Bébert de Cagnes » quand il a gagné le Championnat de France à ANGERS avec son fils. Roger CAPEAU, Denis SALVADOR, Michel SCHATZ dit « Passo », René COULOMB etc... C’était l’ancienne génération avec beaucoup de cinéma on se serait cru au théâtre, c’était sympa.
- Après Daniel VOISIN, Christian FAZZINO, les Philippe, les Bruno, Didier CHOUPAY, Jean-Luc ROBERT, Jean-Yves LOULON, Michel LOY, Max CAMPS. On appréciait de voir des belles parties, du beau jeu et le plus impressionnant c’est que certains de ces joueurs ont duré dans le temps.
- La pétanque d’aujourd’hui est plus médiatisée. Cela à un bon côté puisque cela fait découvrir notre sport. Mais, il y a encore des choses à améliorer.

Maman as-tu quelque chose à rajouter ?Un dernier mot pour clore.
- je voulais te dire Mendy ainsi qu’à tes deux frères Dylan et Gueven combien je suis fière de vous et de l’image que vous véhiculez. Je suis grand-mère d’une petite fille Maylie et bientôt d’un petit garçon fin septembre, peut-être qu’ils seront joueurs ou pas, mais ce qui est certains c’est qu’ils connaîtront les terrains de pétanque.