Pour suivre notre actualité, inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter
  
Recherche par critères

Sexe

Textiles

Tailles textiles

Couleur

Notre sélection
Veste capuche
Veste capuche

40.00 €



Blouson
Blouson

50.00 €



Veste enfant
Veste enfant

30.00 €



Polo enfant 100 % coton
Polo enfant 100 % coton

25.00 €



Paiement sécurisé

>> Mentions légales

>> Confidentialité

>> Conditions de vente

 

paiement

» » Mondial de pétanque à Millau : le Fipem lance ses premières boules


Mondial de pétanque à Millau : le Fipem lance ses premières boules

Mondial de pétanque à Millau : le Fipem lance ses premières boules
Dylan Rocher, 24 ans, participait mercredi au tournoi de tête à tête hommes.
B. M.

 

Mercredi 10 août, débutait le nouveau festival de pétanque, organisé par le Festival international de pétanque de Millau.

L'héritage à recueillir n'est pas des plus simples. Voilà 34 ans que le Mondial de pétanque faisait de Millau la capitale éphémère du jeu de boules. Avant qu'en 2015, les organisateurs ne décident de tout arrêter. Cette année, le Fipem (Festival international de pétanque, événement de Millau) a repris le flambeau. La ville est restée la même, le lieu (le parc de la Victoire) aussi. Et pourtant, bien des choses ont changé.

 
 

Voilà presqu'un quart de siècle que Christophe Berdinel venait au Mondial de la pétanque. Bien évidemment, la différence lui saute aux yeux. "Avant, il y avait tellement de foule qu'on passait son temps à demander pardon pour passer, se souvient ce pétanqueur héraultais. Pour dormir, ça m'est arrivé de m'arranger dans une grange. Cette année, j'ai pu trouver une chambre d'hôtel la veille." Une impression confirmée par les premiers chiffres des inscriptions avec 454 joueurs pour la compétition du tête à tête homme. Loin, bien loin, des 2 903 inscrits de l'année dernière. Une donnée qui n'inquiète guère Serge Gaillard."

Au niveau de l'organisation, c'est nickel"

"C'était totalement prévu, affirme, serein, le vice-président de l'association qui organise le Fipem. L'affluence excessive avait causé des problèmes les années précédentes, et au départ nous ne savions pas si les bénévoles auraient été suffisants." Dans tous les cas, quantité ne rime pas forcément avec qualité. Entre un lancé et un autre, les boulistes qui ont investi le parc de la Victoire se montrent magnanimes.

"Au niveau de l'organisation, c'est nickel, pointe Christophe Berdinel. Aucun problème pour s'inscrire, ni pour se garer." Une bonne impression partagée aussi par des joueurs de très haut niveau, comme Dylan Rocher, qui dédouane aussi les organisateurs. "C'est vrai que c'est un peu vide, mais il faut dire aussi qu'il y a les masters de pétanque les mêmes jours cette année, et ça draine pas mal de monde." Foule ou pas foule, le champion de France en titre de tête à tête n'a pas perdu son incroyable adresse. Appelé à fouler le carré d'honneur vers 11 h 40, le seul nom du bouliste, prononcé par le speaker, suffit à remplir les tribunes.

Fini le mondialito, place au tournoi départemental unique

Malgré un adversaire très accrocheur, le Manceau, dont la fréquence d'enchaînement de carreaux ferait perdre la patience à un moine zen, remporte la victoire. 13 à 7, en route pour le troisième tour. Son adversaire, quant à lui, n'a pas fini de prendre le soleil. Tout comme les années précédentes, un tournoi est prévu pour les pétanqueurs éliminés lors des premiers et deuxièmes tours. La continuité, mais pas trop non plus.

"Ce ne sera pas des mondialito comme dans les éditions précédentes, explique Chantal Cassaigneau, coordinatrice de l'équipe de bénévoles qui gère les tableaux. On suit les règles fédérales, les éliminés font le tournoi départemental unique."Mercredi, le plaisir s'est donc prolongé jusqu'au soir. Le soleil tombé, le poids des boules est beaucoup moins lourd à porter. Pour les plus habiles, la pression aura le temps de remonter, ce jeudi, pour les quarts de finales des têtes à têtes.